L'Agenda du Libre

Software, Arts, Data, Hardware, Contents, Commons, Internet...

Montpellier Journal | Libellule n°164

On Monday 7 November 2022 from 08h00 to 09h00.

Salle de la Poésie, 9 rue de la Poésie, Montpellier, Occitanie

Le rhododendron, la plante libriste

Dans un milieu hostile avec un manque de ressource, les animaux et les plantes entrent alors en compétition, sauf certaines, comme par exemple les rhododendrons qui vont coopérer. Des chercheurs ont remarqué que dans le cas d’une pénurie de ressources, les rhododendrons fleurissent à différents moment de la saison, pour ne pas se chevaucher et ne pas avoir à se disputer les pollinisateurs. Il s’agit donc d’une adaptation, pour éviter la compétition. Ainsi, et dans des conditions extrêmes, les rhododendrons choisiront une situation non-rivale.

Les rhododendrons forment un genre de plantes appartenant à la famille des Éricacées. À l’exception des groupes tropicaux Azaleastrum et Vireya, les rhododendrons sont essentiellement rustiques. On les rencontre dans les régions montagneuses, telles que les Alpes, les Pyrénées, le Caucase, les Carpates et l’Himalaya. Beaucoup sont originaires de Chine et du Japon, et beaucoup se sont répandus en Laponie et en Sibérie. Les rhododendrons se rencontrent aussi dans les régions forestières d’Inde et de Birmanie.

Tout cela pour dire qu’il ne suffit par d’être humain pour être coopérant, certains végétaux et animaux ont, eux aussi en quelques sortes, des dispositions à cela.

Ces associations que l’on appellent symbiotiques se réalisent par exemple entre l’acacia et les fourmis, qui ne pourrait pas survivre sans elles. Mais aussi entre le poisson clown et l’anémone de mer, celle-ci le protège des prédateurs, alors que lui s’occupera de sa toilette Notez l’accord entre la plupart des légumineuses et certaines bactéries qui captent l’azote atmosphérique et la rendent disponible à la plante. Les bactéries contenues dans notre intestin participent à une bonne régulation de notre système digestif en échange du gîte et du couvert et montrent que des espèces pas seulement humaines sont capables de collaborer dans un but par exemple de survie et que naturellement, en tout cas cela devrait l’être, les Libristes mettent en œuvre régulièrement presque systématiquement. Le partage faisant pour ainsi dire partie de leur ADN.

Alors oui, malgré toutes les oppositions a priori, on peut voir une similitude entre Libristes et Rhododendrons.

Lisez et diffusez partout autours de vous Libellule, le journal en écriture collaborative de l’association Montpel’libre, suivez ce lien. Tous les anciens numéros sont disponibles dans le kiosque.

Informations

Website
https://montpellibre.fr
Contact
Tags